L’expérience du corps en vie

« Seules les pensées que l’on a en marchant valent quelque chose »
Nietzsche

Au moment où vous lisez ces lignes, votre corps est vivant. C’est une certitude. Comment le savez-vous ? Parce qu’à cet instant précis, vous respirez et que vous êtes capables de lire ce texte. Est-ce tout ? N’y a-t-il pas autre chose qui vous permettrait d’affirmer que vous êtes réellement vivant ? Continuez à lire ces lignes et dans le même temps, portez votre attention à tout ce dont vous êtes capable de percevoir et de ressentir, là où vous êtes, maintenant.

Que se passe-t-il ? La pensée tient-elle toujours le devant de la scène ? Peut-être, parce qu’elle est omniprésente. La voix intérieure ne s’arrête jamais, comme si elle menait une vie autonome en accaparant quotidiennement la plus grande partie de votre présence. Laissez la pensée occuper le devant de la scène, puisque cela fait partie du fonctionnement habituel de l’être humain. Élargissez simplement votre champ d’attention et laissez un peu plus de place aux perceptions et aux sensations. Lesquelles ? Voici quelques indices :

  • Les contacts physiques entre vous et ce sur quoi vous êtes assis ou peut-être allongé.
  • Les sons.
  • Les parfums et les odeurs.
  • La luminosité de l’endroit où vous vous trouvez.
  • La température de l’air ambiant.
  • Les zones d’inconfort ou de confort dans votre corps.
  • La respiration et les battements du coeur.

Restez un moment à «goûter» à la qualité de tout ce que vous pouvez percevoir et ressentir.

Avez-vous réussi à supprimer la pensée ? Bien sûr que non (vous lisez de nouveau ces lignes) mais elle n’est plus seule. En élargissant simplement votre champ d’attention, votre présence ne se réduit pas uniquement au fonctionnement mental. Vous êtes aussi présent corporellement. Vous pouvez prendre conscience que la pensée n’est qu’une des composantes de la vie qui s’anime en vous et autour de vous.

Est-ce important ? C’est essentiel. Lorsque vous portez attention à vos perceptions et sensations corporelles, vous rétablissez l’équilibre naturel du corps qui n’est plus sous l’unique dépendance de la pensée. Vous retrouvez la présence que vous aviez au début de votre vie, c’est-à-dire globale, animée par tout ce que vous pouviez percevoir, ressentir ou apprendre, sans qu’aucune activité ne soit prédominante par rapport aux autres. Tout entrait librement en vous et trouvait sa place, ne serait-ce que pour une seconde, de manière fluide dans votre espace intérieur. C’est cela, l’équilibre naturel du corps.
D’accord, mais à quoi ça sert ?

Outre l’équilibre que vous offrez de nouveau à votre organisme, sachez qu’il est très important de savoir «écouter» les sensations corporelles et de les déchiffrer, car le corps ne ment jamais. C’est cette inépuisable source de connaissance que je vous propose d’explorer au fil des articles, des remarques et des questions que les écrits pourront vous suggérer, et des ateliers qui vous seront régulièrement proposés.

 

 

Les commentaires sont fermés.